Seine-Saint-Denis : un garage accessible aux précaires et qui favorise l’insertion

Par Nicolas BURENS – Le 26 Janvier 2021

C’est un garage pas comme les autres. À La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, il permet aux plus défavorisés de faire réparer leur véhicule. Mais il emploie également des mécaniciens en insertion, souvent des réfugiés, dont la majorité travaillaient dans la rue. Ce garage, nommé Mobilhub, est situé en plein centre-ville, sur une friche industrielle, dans une ancienne usine métallurgique.

Dans ce hangar désaffecté, une dizaine de véhicules garés, attendent d’être réparés. Les travailleurs immigrés sont guidés par Mohamed, le chef d’atelier. Sous le moteur, en salopette, Alpha, le mécanicien, écoute attentivement les instructions. Ce jour-là par exemple, il doit changer l’embrayage. « Ah je suis en train d’enlever le cache qui est en bas (…) ça prend beaucoup de temps », explique-t-il.

Il parle un français encore un peu hésitant, alors les deux hommes utilisent d’autres moyens pour se comprendre. « Avec les yeux, je comprends mieux (…) ça rentre dans la tête tout de suite, ça va », rassure Mohamed. Âgé de 33 ans, Alpha était déjà mécanicien au Sénégal, avant d’arriver en France, il y a deux ans. Il bénéfice du statut de réfugié politique. Jusque-là, il réparait des voitures dans la rue. Il a signé ici un contrat d’insertion de quatre mois. 

Des tarifs abordables pour les précaires

« Je vais travailler car moi je n’ai pas fait d’école (…) cela nous apprend beaucoup de choses », explique-t-il à RTL. Le garage accompagne 7 salariés, au parcours parfois chaotique, afin de stabiliser leur situation. Sabri est le responsable des équipes. « Ils n’ont pas vraiment le parcours idéal (…) dans de vrais garages et y met de la volonté », confie-t-il. Aujourd’hui, Alpha, le mécanicien sénégalais, a remis le pied dans le monde du travail et espère obtenir bientôt un diplôme, et pourquoi pas, ouvrir son propre garage. 

Ce garage est ouvert à tous les clients. Mais il propose aussi des tarifs préférentiels aux bénéficiaires de minimas sociaux. Les chômeurs, les étudiants, les retraités, les personnes en situation de précarité bénéficient d’un tarif solidaire. Depuis le reconfinement, les clients défilent à l’accueil.

Tarek, 21 ans, jeune diplômé, s’apprête à chercher un premier emploi, en tant qu’ingénieur. Mais la boîte à vitesse de sa voiture vient de lâcher. « J’ai vu que les prix étaient intéressants », explique-t-il en amenant sa voiture chez Mobilhub. À La Courneuve, près d’un foyer sur deux se situe en dessous du seuil de pauvreté. Ce garage, unique en Île-de-France, répond aux besoins des habitants, explique Olivier Esclauze. Ce consultant en stratégie d’entreprise est à l’origine du projet. « C’était l’idée de dire (…) c’est possible et cela vient des quartiers populaires », indique-t-il. 

En deux ans d’existence, plus d’un millier de clients ont fait appel aux services du garage. Le carnet de commandes est plein. Trois nouveaux contrats d’insertion doivent être recrutés ces prochaines semaines.

Lien vers l’article

Plus
d'articles