Articles

5 articles

Le Magazine de l´Emploi – Public Sénat

Le chômage est la première préoccupation des Français.

L´emploi est la première préoccupation du… Magazine de l´Emploi. Présenté par Kady Adoum-Douass, Le Magazine de l´Emploi, c´est le nouveau rendez-vous pratique, utile et motivant dédié à l´emploi.

Incursion au coeur des perspectives d´emploi d´une région ; décodage des notions « clé » mais parfois nébuleuses du monde du travail ; rencontre inspirante avec ceux qui ont réussi leur reconversion ; initiatives citoyennes et solidaires dédiées à l´emploi ; immersion dans un métier avec un passionné, conseils concrets pour booster sa recherche d´emploi… Chaque émission associe kit pratique et partages d´expérience.

 

Novethic – À LA COURNEUVE, UN GARAGE SOLIDAIRE POUR AIDER LES PLUS DÉMUNIS À RETROUVER UN EMPLOI

Difficile de travailler sans être véhiculé, surtout dans des endroits peu desservis en transport en commun. Des millions de Français font face à cette problématique de mobilité chaque jour. Pour y remédier, à la Courneuve, un garage solidaire propose des réparations à bas coûts pour les chômeurs longue durée, étudiants boursiers et autres personnes en difficulté. Un moyen de retrouver le chemin de l’emploi tout en créant pour les mécaniciens du garage, tous en réinsertion. 

Un garage solidaire pour aider les plus demunis a retrouver un emploi 01
Ce garage propose des réparations à bas coûts pour les personnes en difficulté comme les chômeurs longue durée.
©MF

De prime abord, rien ne différencie Mobilhub, garage solidaire situé à la Courneuve, d’un garage classique. Des voitures, capots ouverts, sont garées, des pare-chocs alignés et Kamel S. un des mécaniciens du lieu, procède au nettoyage d’un moteur. Mais ici, les clients ne vont pas payer le prix fort. Le garage applique un tarif solidaire en fonction de vos revenus.

« Notre objectif est de redonner la mobilité aux gens, de leur permettre parfois de retrouver du travail », explique Olivier Esclauze, le cofondateur. « On s’adresse à tout le monde mais en particulier aux personnes qui sont dans une démarche de retour d’emploi ou qui ont plus généralement des problèmes financiers comme des étudiants boursiers, des chômeurs longue durée, des retraités, des bénéficiaires des minima sociaux… ».

Pas d’emploi sans mobilité

Et justement ce 9 avril, David, chômeur, vient faire réparer sa voiture. Il a essayé lui-même mais n’a pas réussi. « Mon beau-frère m’a donné une voiture parce que j’ai dû vendre la mienne, je ne m’en sortais pas financièrement », témoigne-t-il, « là je vais commencer un nouvel emploi, la voiture c’est un critère primordial. La première question que l’on me pose quand je dépose un CV est « êtes-vous véhiculé ? ».

C’est Pôle emploi qui a orienté David vers Mobilhub, même si Olivier Esclauze regrette que cela soit peu courant malgré le partenariat qui le lie à l’organisme public. Pour l’instant, c’est le bouche-à-oreille qui fonctionne le plus. « C’est en discutant avec les habitants de la Courneuve qu’on a eu l’idée de ce garage », atteste le cofondateur.

Réinsertion et lutte contre la mécanique sauvage

La totalité des employés sont des personnes en réinsertion. « Cela permet d’avoir un emploi stable et des horaires fixes », avance Kamel S. « Le garage solidaire a un sens que les autres garages n’ont pas. Ici on arrange les gens, on les fait payer moins cher, parfois on leur fait même des réparations gratuites. On a une vision où l’argent n’est pas prioritaire. On veut plus rendre service aux gens que courir après l’argent ».

Autre utilité de ce garage : lutter contre la mécanique sauvage. Kamel S, comme beaucoup d’autres, pratiquait la mécanique dans la rue. Un travail pour lequel il ne bénéficiait pas de salaire fixe, ni d’assurance, et qui contribue à polluer l’environnement, les huiles et autres produits n’étant pas traités. Chez Mobilhub, toutes les substances sont prises en charge par une entreprise spécialisée.

Marina Fabre, @fabre_marina

Radio Voltage : SEINE-SAINT-DENIS : UN GARAGE SOLIDAIRE PROPOSE DES PRIX CASSÉS

Un garage solidaire attire de plus en plus de Franciliens. Basé en Seine-Saint-Denis, à La Courneuve, cet établissement emploie des mécaniciens en réinsertion et propose des tarifs beaucoup plus bas que les garages classiques.

Faire réparer sa voiture peut vite coûter très cher. Pour répondre à cette problématique économique, un garage solidaire a vu le jour en novembre dernier en Seine-Saint-Denis, à La Courneuve : Mobilhub. Des tarifs avantageux sont donc proposés aux clients : 45€ de l’heure. Et même 30€ pour les personnes en recherche d’emploi de longue durée, bénéficiaires du RSA, étudiants boursiers, petites retraites, sur présentation d’un justificatif. Il faut auparavant adhérer à l’association pour bénéficier de ces tarifs réduits (10€ par an).

Mobilhub présente un deuxième volet, puisqu’il permet à des mécaniciens qui étaient au chômage de se réinsérer. Souvent d’anciens mécanos de rue pour qui trouver un emploi dans un garage était compliqué. Deux mécaniciens et un carrossier sont aujourd’hui employés en réinsertion.

https://www.voltage.fr/news/seine-saint-denis-un-garage-solidaire-propose-des-prix-casses-41343

Le parisien Janvier 2019 : La Courneuve : le garage solidaire qui répare les véhicules et les gens

Un garage solidaire vient d’ouvrir à La Courneuve. MobilHub s’occupe de remettre en état les voitures et remet en selle des chômeurs.

MobilHub est beaucoup plus qu’un garage. « Nous réparons les véhicules et les gens », lancent Seyfeddine Cherraben et Olivier K. Esclauze, à l’origine du projet. Cette structure d’insertion par l’activité économique (SIAE) permet de faire réparer son véhicule, à quatre ou deux roues, à un coût moindre par un public en réinsertion. Installé sur une friche face à Eurocopter, il se doublera bientôt d’un fab lab sur les mobilités.

«C’est la clé pour un retour à l’emploi, analysent-ils. Un travail sur deux est refusé pour un problème de mobilité. » Le projet a été conçu par une dizaine de jeunes entrepreneurs aussi ingénieux que pugnaces. Ces trentenaires se sont lancés dans l’aventure alors qu’ils n’avaient jamais travaillé dans le secteur automobile. L’un est à la tête d’un bureau d’ingénierie, l‘autre est consultant en stratégie et enseigne à l’université.

Les pouvoirs publics soutiennent l’initiative

Ils ont d’abord créé une association Les Cités d’or, « parce que le 93 est un eldorado. Il y a beaucoup de jeunes qui veulent entreprendre mais il existe des blocages psychologiques et peu de solutions ». « Nous nous sommes rendus compte qu’il y avait beaucoup d’associations dans la culture, l’éducation, le social. Beaucoup moins dans le développement économique », expliquent-ils.

Le Courneuvien Seyfeddine a pu constater l’omniprésence de la mécanique sauvage dans les rues. « C’est un fléau mais certains de ces mécaniciens ont des mains en or. Nous voulions recruter ce public », poursuit Seyfeddine.

Pour monter ce projet il a fallu convaincre les pouvoirs publics. « La voiture, ce n’est pas trop dans l’air du temps », reconnaît Olivier. Le Département, la Ville, Pôle emploi et la direction des entreprises, du travail et de l’emploi (Direccte) appuient l’initiative. « MobilHub » est un projet innovant et écolo. C’est exactement ce dont nous avons besoin aujourd’hui : des solutions pratiques et pragmatiques qui répondent à la double urgence sociale et environnementale», souligne Stéphane Troussel, président (PS) du conseil départemental.

Trois salariés en insertion encadrés par un professionnel

Trois salariés en insertion, bientôt cinq, encadrés par un professionnel redressent les tôles froissées ou remettent en marche les mécaniques usées. Dans un hangar en brique, Kamel, 41 ans, ancien mécano de rue, apprécie : « Je travaille l’esprit tranquille, j’ai un salaire, je suis dans la règle. Tout se remet dans l’ordre. Ça change la vie ». MobilHub a aussi embauché une conseillère en insertion qui s’occupe de toutes les démarches sociales.

La clientèle y trouve aussi son compte puisque les prestations sont facturées de 30€ de l’heure pour les plus démunis et 45€ pour les autres. Il faut au préalable adhérer à l’association.

Le garage solidaire n’est que le premier étage de la fusée imaginée par ces jeunes créateurs. Le MobiLab permettra d’imaginer de nouvelles manières de se déplacer, établira des diagnostics de mobilité, réfléchira à des applications et ouvrira à d’autres projets sa couveuse de talents.

Après avoir facilité leur installation sur cette friche, la mairie de la Courneuve les intégrera dans le site de l’ancienne entreprise KDI.Le Garage solidaire, 15 – 17, rue Chabrol. Tel. 07.81.80.16.21. contact@mobilhub.fr

http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/la-courneuve-le-garage-solidaire-qui-repare-les-vehicules-et-les-gens-03-01-2019-7980420.php

France 3 Janvier 2019 : Seine-Saint-Denis – Un garage solidaire à prix doux à La Courneuve

Initiative unique en Île de France. Un garage solidaire où l’on peut réparer sa voiture à moindre prix vient d’ouvrir à La Courneuve en Seine-Saint-Denis. Un projet qui permet aussi à des mécaniciens de retrouver le chemin de l’emploi. Par Elise Ferret avec MT.

Soraya est soulagée : toutes les réparations de son véhicule sont faites. Dans ce garage associatif de la Courneuve en Seine-Saint-Denis, la facture n’est pas vraiment douloureuse.

« J’ai dû faire une vidange, c’était à 150 euros là où j’habite et ici c’est à 65 euros. Il n’y a pas photo pour le prix. »

Pour les bénéficiaires des minima sociaux

Ici, les bénéficiaires des minima sociaux, les chômeurs, les étudiants, les retraités et les précaires peuvent bénéficier d’un tarif solidaire. Jimmy, chauffeur livreur à mi-temps apprécie.

« Si le garage n’existait pas, peut-être que je n’aurais pas fait les réparations, j’aurais attendu jusqu’au jour où ça lâche. » 

Sous le capot il y a Kamel Sfayhy, un père de famille de 41 ans. Après avoir enchainé les petits boulots pendant plusieurs années, il a travaillé en tant que mécanicien à la sauvette dans la rue. Aujourd’hui, être en contrat d’insertion lui change la vie.

« En travaillant dans la rue, on ne peut pas investir, on ne peut rien faire avec l’argent de la rue, ce sont des petits billets à droite à gauche, il n’y a pas de stabilité. »

« Obligatoirement besoin de la voiture »

Trouver un emploi pour les mécaniciens ou conserver son travail pour ceux qui viennent faire réparer leur voiture, c’est la philosophie du garage solidaire.

« Il y a des gens qui font 2 ou 3 heures de transports par jour pour aller sur leur premier lieu de travail, 2 heures pour aller sur un autre lieu de travail, ils ont obligatoirement besoin de la voiture. La mobilité, c’est un des principaux freins d’accès à l’emploi. L’objectif est d’aider ces gens-là à retrouver leur boulot grâce à leur véhicule », explique Olivier K Esclauze, cofondateur du garage solidaire Mobilhub.

À la Courneuve, depuis deux mois et demi une dizaine de bénévoles font exister la structure, en plein développement. Le garage solidaire veut s’agrandir et recruter.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/seine-saint-denis/seine-saint-denis-garage-solidaire-prix-doux-courneuve-1609289.html